Les courants pédagogiques

mouvements

Aujourd’hui, j’évoque les grands courants pédagogiques.

Je vous ai déjà parlé des grands mouvements dans la vidéo “comment être un bon pédagogue ?” où je résume les pédagogies de :

– Maria Montessori (pédagogie est basée sur l’autonomie de l’enfant).

– Freinet : pédagogie centrée sur la collaboration et la coopération.

– Decroly : pédagogie basée sur la globalisation et les centres d’intérêts de l’enfant.

Aujourd’hui, on va s’intéresser aux courants pédagogiques.

Le behaviorisme

J.Watson (début du 20ème siècle)

Ce courant pédagogique créer par J. Watson place l’enseignant comme sachant, il est détenteur de savoir. Ici, l’apprenant est passif. Celui-ci va suivre les consignes de l’enseignant et monter de compétences par des niveaux mis en place. Grâce à des renforcements positifs, le sachant montre à l’apprenant qu’il adopte les comportements adéquats.

Le cognitivisme

G.Miller & J.Bruner (1956)

On part du principe que les participants ont déjà des connaissances. Ici, on met l’expérience de l’apprenant aux premier plan. Et, ils vont utiliser leur expérience pour réfléchir, prendre des décisions et agir. Bref, le passé sert de base pour comprendre les nouvelles connaissances. On prend en compte l’environnement dans lequel évolue l’apprenant.

Le constructivisme

Piaget (1975)

L’apprenant est actif et il apprend par la pratique. Il est acteur de sa formation. Ici, l’erreur est une source d’information qui permet à l’enseignant d’évaluer son apprenant et de reprendre ses explications. L’avantage est que l’apprenant va mieux retenir puisqu’il a expérimenté par lui-même.

Le socioconstructivisme

L.Vygotsky (1985)

L’apprenant est actif et, comme le constructivisme, il est acteur de son apprentissage. Mais pas que ! L’apprenant va interagir avec les autres participants et l’enseignant. Ici, l’important est l’interaction sociale.

Le connectivisme

George Siemens & Stephen Downes (2005)

Ce courant pédagogique est basé sur les nouvelles technologies. Siemens et Downes montrent les limitent des courants pédagogiques précédents et expliquent que les technologies ont leur place dans l’apprentissage.

Sugata Mitra a réalisé une étude pendant dix ans qui montre que les enfants peuvent apprendre par eux-mêmes avec un ordinateur, internet et tout autre support.

Ici l’apprenant est le maître du jeu.

Pour aller plus loin

Les bases de l’animation

L’objectif de cette formation est de découvrir toutes les bases du métier de formateur ainsi que les techniques visant à motiver, impliquer et faire participer les apprenants.

formation

https://devenirformateur-coach.teachizy.fr/formations/les-bases-de-lanimation

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like these