Un seul outil de formation à distance

outil à distance

Revenons à la simplicité. Ce sera mon message du jour. En cette période de l’année chargée, on carbure à fond. Des animations en présentiel, des animations en distanciel, des ateliers animés, suivis… Bref, on entre dans l’hiver et on travaille beaucoup. Cependant, après avoir animé 3 formations cette semaine, je me suis rendu compte que j’avais utilisé 3 outils de visioconférence différents et des outils collaboratifs différents. Et si on revenait à la simplicité en utilisant un seul outil de formation à distance.

Les outils de formation à distance

On a testé pleins d’outils formidables mais avouons-le, il y en a de trop. Beaucoup trop et on s’y perd. Il y des outils de visioconférence, des outils collaboratifs, des outils de discussion, des outils qui font tout. Faisons une petit sondage, cette année vous en avez testé combien ?

  • Outil de visioconférence : Google Meet, Zoom, Teams
  • Outils collaboratifs : Klaxoon, Miro, Jamboard, Lucidspark, Opendo
  • Outils de discussion : Slack, Messenger, Telegram, Skype
  • Créateurs de quiz : Kahoot, ispring quizmaker, Google Form
  • Outils qui font tout : Wooclap, Beekast, Klaxoon, Glowbl
  • Plateforme de formation : Teachizy, systeme.io, digiforma, learnybox

Pour ma part, j’ai testé pratiquement tous ces outils sans compter ceux que je n’ai pas noté ainsi que toutes les demandes qui me sont faites pour tester des outils. Mon cerveau a dit stop. Pourquoi changer aussi souvent d’outil ? Pourquoi révolutionner nos manières de faire toutes les 2 semaines. Un outil qui fonctionne et qui vous convient, gardez-le !

Les apprenants et les outils de formation à distance

Comment vivent nos apprenants à distance ? Là, je fais appel au feedback. Demandez-vous à vos apprenants ce qu’ils pensent de cet outil ? De l’activité ? C’est capital d’avoir un retour pour améliorer sa formation et éviter toute monotonie et, à l’inverse, une surcharge mentale qui nous fait décrocher.

Je ne teste pas beaucoup d’outils dans une formation. J’accueille, je donne les consigne et je fais mes activités de sous-groupes à travers mon outil qui fait tout (Glowbl en ce moment). Et, si et seulement si c’est nécessaire, je les emmène dans un autre outil. Mettez-vous à la place de vos apprenants :

  • Avant la formation, vous leur envoyez un questionnaire pour que vous puissiez récolter leurs attentes et leur positionnement. Puis, un e-mail avec le lien de connexion ainsi que toutes les consignes nécessaires au bon déroulement de votre animation.
  • Lorsqu’ils arrivent en formation, vous leur demandez de rester sur l’outil de visioconférence et vous en profitez pour leur montrer l’environnement et comment réagir. Ensuite, vous leurs demandez de prendre leur smartphone pour naviguer dans un autre outil. Puis, vous leur demandez de revenir sur l’ordinateur et de travailler à partir d’un outil collaboratif.
  • À la fin de la formation, vous leur envoyez un e-mail avec les ressources nécessaires : les liens utiles, les supports de formations, les exercices pour aller plus loin et une enquête de satisfaction.

Je n’ai pas mentionné l’émargement mais vous avez compris le principe.

Rien que le fait de se connecter fait perdre du temps et ça bousille la dynamique, je trouve. Je préfère conserver ma dynamique de groupe plutôt que d’apporter une panoplie de gadgets inutiles. J’en reviens à cette question de base : qu’est-ce que je cherche à faire ?

L’utilité des outils de formation à distance

C’est en fonction de l’objectif que je fixe que je vais choisir l’outil adapté à ma modalité et non le fait d’intégrer un outil parce qu’il est chouette. On l’a tous fait et c’est ok. Il est simplement important de prendre du recul, de se poser et se questionner sur ses pratiques : qu’est-ce que je fais et pourquoi je le fais ? J’ai la chance d’animer des formations à distance en ayant une personne qui évalue mes pratiques. Contrairement à beaucoup de formateurs, j’aime qu’un de mes pairs soit à mes côtés et me fasse un feedback sur mon animation. Ainsi, je prends conscience de mes points forts et j’améliore ma pratique.

Évidemment, toutes ces évaluations sont informelles et pourtant elle m’apporte beaucoup. En travaillant en collaboration avec d’autres organismes de formation, entreprises ou même freelances, on regarde où on veut aller, où on est et on revient sur ce qui s’est passé. Je prends l’exemple de l’atelier des icebreakers imagés où l’on a animé à 3 formatrices (challenge). Plusieurs mois de préparation nous ont permis de choisir la direction que l’on voulait prendre, donner la même place à chacune pour qu’on soit heureuse de faire partie de l’aventure. Suite à cet atelier, nous avons débriefé à chaud et à froid. C’est de cette manière que l’on peut avancer dans ses pratiques. Seul(e) serait impossible.

Ainsi, lorsque vous testez un outil de formation à distance n’hésitez pas à demander l’avis de vos pairs, de vos apprenants et de vous même vous posez la question si ça vaut le coup/coût ou pas.

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like these