Quel jeu pour quelle formation

jeu

Vous animez une formation et vous voulez la dynamiser avec un jeu mais Quel jeu pour quelle formation ? C’est ce qu’on va explorer.

Je commencerai par vous parler du rythme de la formation et de notre cerveau. Puis, j’associerai un jeu avec un moment de la journée. Et, je terminerai avec les questions à se poser après un jeu.

Alors, qu’est-ce qu’on fait en formation ?

Va-t-on utiliser des jeux de plateaux ? Des serious game ? Des jeux de réflexion ? Tout dépend où vous en êtes dans votre formation, le moment de la journée et bien entendu, votre public. 

Animez un jeu avec lequel vous êtes à l’aise. Si certains n’aiment pas utiliser des jeux de plateau et préfèrent rester dans le thème de leur formation, il conviendra d’utiliser des jeux à thème Thiagi. Il s’agit d’utiliser un contenant et à vous d’y intégrer votre contenu. Ainsi, on change de rythme, on poursuit nos réflexions et on travaille en groupe.

Le rythme de votre formation doit dépendre du fonctionnement de notre cerveau. Et oui, si vous proposez un cours magistral après la pause déjeuner vous vous retrouvez face à un groupe de dormeurs. Tenez compte du rythme circadien, plus simplement de la vigilance et de la concentration de votre groupe. 

À partir de 6h du matin, notre vigilance augmente pour diminuer vers 11h. Il sera donc intéressant d’utiliser des jeux de réflexion, sensoriels, de logique, de connaissances ou encore des jeux de prise de décision.

Notre niveau de concentration de 11h jusqu’à 14h est au plus bas. L’heure de la pause déjeuner. On évitera donc les parties théoriques pendant ce temps.

À partir de 14h, je vous conseille de privilégier des jeux d’organisation, de communication, de créativité ou de coopération.

Mes journées de formation étaient organisées de cette manière : on commence avec un réveil pédagogique pour revoir les notions vues la veille et se remettre dans le bain, éclaircir certains points. Puis, je voyais la théorie complexe jusqu’à 11h30. Ensuite, on pratique la théorie. L’après-midi était consacré aux jeux de rôle. Je reprenais la théorie pour repasser sur la pratique. On apprend, on s’exerce et on entre en action. Voilà les étapes à respecter.

Quant est-il de serious game ?

Il s’agit tout simplement d’apprendre par le jeu. Que ce soit avec ou sans support vidéo, le serious game demande un coût de  développement élevé. En effet, j’ai pu voir des serious game très élaborés comme Flight Management permettant à des team managers d’améliorer leurs compétences mais tous les organismes de formation ne sont pas prêts à utiliser un budget important pour un jeu. Tout comme les jeux de rôles, on s’amusera sans risque puisque on sort de la réalité terrain. Autre point positif, on apprend autant qu’on veut seul face à son écran. Ainsi, on s’entraîne beaucoup pour se sentir prêt. Parlons justement des mises en situation et jeux de rôle.

Les mises en situation et jeux de rôle

Ils sont conçus pour s’exercer sans risques. Ils sont principalement utilisés dans le domaine de la vente, du management et de la communication.

Le point positif est qu’ils vont renforcer la confiance des apprenants parce qu’ils se mettent en situation. Et plus ils font, plus ils sont à l’aise et plus ils auront envie de faire. Vous verrez qu’à terme, c’est eux qui vous demanderont de faire des jeux de rôles.

En revanche, ce sont les plus difficiles à animer car vous devrez gérer votre groupe qui pourra rapidement partir dans tous les sens, ne pas écouter les consignes, ne pas s’écouter entre eux. Bref, le recadrage revient régulièrement. Veillez à faire participer tout le monde et que chacun ait son rôle à jouer. Par exemple, si on s’entraîne à vendre, je vais avoir un vendeur et un client mais les autres pendant ce temps, que font-ils ? Sont-ils divisés en binôme et tous s’exercent ou les autres observent pour faire un feedback ? Pour ce dernier, le piège est de donner un retour subjectif. 

Une autre difficulté est la réticence des participants, les plus timides auront du mal à passer devant tout le monde. C’est donc à vous de créer une bonne ambiance où tous se sentent à l’aise et prêt à participer dans un climat bienveillant et tolérant.

Votre rôle sera d’accompagner votre apprenant dans l’apprentissage de nouveaux comportements. 

Et après le jeu ?

  • Recueillir les émotions : demandez aux apprenants leurs ressentis sur le jeu. Quelle émotion ressentie ? Y a-t-il eu une difficulté particulière pendant le jeu ? 
  • Revenir en arrière : quels ont été les moments marquants du jeu ? Il s’agit d’apporter une critique constructive sur le jeu
  • Le but a-t-il été atteint ? Que vouliez-vous faire au départ et en êtes-vous satisfait ? Quelles sont les leçons à tirer de ce jeu ?

Une dernière possibilité s’offre à vous : créez vos propres jeux. C’est tout à fait possible si vous m’accordez 5 minutes par jour pour que je vous explique la conception de votre jeu. Mais aussi le matériel à utiliser ou pas et bien entendu si vous manquez d’imagination, on peut tout de même créer des jeux. Pour en savoir plus, cliquez juste en-dessous et on commence à créer.

Créez vos propres jeux

La méthode pour créer vos jeux de A à Z

Pas le temps ? Créez vos jeuxen 5 minutes par jour

Pas de matériel ? Je vous explique comment créer des jeux avec ou sans matériel

Cliquez ici pour commencer à créer vos jeux :

construire

https://paulyformation.systeme.io/2f20ffe8-f1801bb9-c726f877

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like these